Comportementaliste?

L’approche comportementaliste consiste en une observation des comportements afin de les comprendre.

Il est utile de préciser que nous ne sommes pas des chiens et ne le serons jamais ; par conséquent, la compréhension des comportements canins sera toujours une approximation, à valider par l’expérience. D’ailleurs, entre humains, il nous arrive aussi d’observer, interloqués, les comportements de nos semblables sans les comprendre !
La démarche scientifique prend tout son sens ici : à partir d’observations, inférer une théorie, puis, à partir de nouvelles observations, confirmer les bouts de théorie qui « fonctionnent » et ajuster le reste…puis recommencer, sans cesse.
Il est utile de préciser que nous n’approcherons que de très loin la palette de comportements canins. Ainsi, rien que sur la face d’un chien, il existe plus de 400 expressions possibles en prenant en compte tous les muscles présents ! On est bien loin du simpliste « il montre les crocs » …

Il n’est pas ici question, ou peu, de modifier les comportements ; en tout cas pas en agissant bêtement sur les comportements observés comme un singe tirerait sur un levier.
Le chien – comme de très nombreuses espèces d’animaux non-humains – possède une cognition évoluée. Loin de n’être qu’une « machine » comme on pouvait théoriser en 1650, soit il y a environ 400 ans, la science contemporaine associe au chien de nombreuses notions que l’on supposait réservées à l’Homme : théorie de l’esprit etc…
Pourquoi 400 ans depuis l’animal-machine sont-ils importants ? Imaginez, on ne découvre le premier vaccin qu’en 1885, soit plus de 200 ans après ; la pénicilline comme antibactérien n’est isolée (découverte) qu’en 1928 . Cela nous donne une idée de la compréhension ( ou plutôt l’incompréhension) du monde animal à l’époque où l’humain découvrait avec passion les…automates.

En conséquence, si nous essayons de modifier un comportement, cela sera toujours :

  • dans le respect pour l’être vivant et sensible qu’est le chien
  • en s’efforçant de comprendre quelles raisons ce chien a-t-il d’agir comme il le fait
  • de comprendre quelles raisons nous poussent à lui demander d’agir différemment
  • d’interagir intelligemment avec le chien pour arriver à un, ou des, comportements acceptables pour lui comme pour nous.